Accès administration Nous contacter Presse Ressources
Institution Saint Joseph Belfort
École

Solidarité

L’INSTITUTION SAINT JOSEPH ET LE BURKINA FASO.

Les liens d’amitié, tissés entre l’Institution St Joseph et le Burkina Faso, ont débuté en 1984, suite au cri d’alarme d’un Père missionnaire vivant au « Pays des Hommes Intègres », alors que la famine menaçait une grande partie de la population.

C’est par l’intermédiaire d’un retraité de l’Alstom, Louis Lacaille, très investi dans l’aide humanitaire, que les premières dotations de l’école St Joseph ont pu être acheminées au Burkina Faso, via des containers, collectant des médicaments, du matériel scolaire et divers autres produits de première nécessité. Louis Lacaille (appelé « Papa Louis » par les amis africains) s’engageait à garantir le suivi et la fiabilité de ce projet, se rendant régulièrement sur place et rendant des comptes aux différents donateurs belfortains.

Puis, l’école St Joseph s’est investie dans une action plus ciblée, à savoir l’aide à une école de brousse, située à environ 50 kms de la capitale, dans le village de Gueswendé (= qui signifie « Regard de Dieu »). L’aide s’est concrétisée à travers une correspondance scolaire, le financement de matériel pour les différentes classes de Gueswendé, le soutien à la cantine, puis le parrainage d’écoliers de cette même école, « jumelée » avec l’Institution St Joseph.

Et c’est Janine Bresch, enseignante à l’école St Joseph de 1977 à 2003, qui a pris le relais de « Papa Louis » pour assurer la pérennisation des différentes actions de solidarité destinées à soutenir l’école de Gueswendé. Pour ce faire, Janine Bresch se rendait au Burkina Faso, tous les ans, y séjournant durant 2 ou 3 mois, au moment de sa retraite.

Lors d’un de ces séjours, Janine (appelée « Mam’Zanine») a été vivement interpellée par le sort réservé à des personnes handicapées (handicap moteur et autres), ces dernières étant considérées comme maudites, par la famille et la société, et -par conséquent- tenues à l’écart de la vie sociale.

C’est ainsi qu’est né à St Joseph le projet d’aide aux femmes handicapées  de l’Association « ZEKOULA », basée à Garango, à environ 200 kms de Ouagadougou. Et c’est grâce à la mobilisation (à travers le Bol de Riz, La Course Solidaire, la vente d’artisanat africain) que les femmes de « ZEKOULA » ont pu être soutenues depuis 2011.

 

La générosité des « donateurs » ne s’est pas démentie au fil du temps, et elle a permis de financer des tricycles, des béquilles, des vivres pour la période de soudure (c.a.d lorsque les réserves familiales sont épuisées), sans oublier la priorité accordée à l’attribution de micro-crédits, permettant à de nombreuses mamans  handicapées d’exercer une activité génératrice de revenus (ex : vente d’arachide, de céréales, de condiments, confection de paniers, de tricot, de bijoux, etc…).

Des photos et vidéos, réalisées par Janine Bresch, lors de ses séjours au Burkina, au contact permanent des femmes handicapées de l’Association « ZEKOULA »de Garango, témoignent aux écoliers, à l’équipe éducative et aux parents d’élèves, de la vitalité et de l’utilité de ce formidable projet solidaire.

Diaporama

Elephant Multimédia Crédits - Mentions Légales - © 2013 - 2019 Institut Saint Joseph